La naissance d’une Fédération

La dernière des Grandes guerres avait laissé le continent exsangue. Les armes étaient plus mortelles, les armées plus nombreuses. Les champs de bataille n’étaient plus des lieux lointains répondant à des noms de gloire sur les pages d’un livre d’histoire. La guerre était arrivée au cœur des villes, au cœur des foyers. La vie n’avait plus de valeur.

Mydgar fut l’une des seules grandes villes à ne pas avoir souffert des ravages de la guerre des Alliances. Située au carrefour des routes commerciales, immensément riche, la ville avait su persuader les plus ambitieux des belligérants à la défendre ou à l’épargner, selon le rapport de forces du moment. Un raid nocturne des Zeppelins bombardiers boemiens avait bien touché le secteur de Lethe, mais les incendies avaient vite été maitrisés. Mydgar n’était pas une scène de la guerre, elle était la cité de la paix. Ses dirigeants l’avaient vite compris.

carte_esprit-de-corps

Sur les débris fumants de leurs villes, les deux camps, l’alliance des Wierren et l’alliance des Quatre, avaient entamé des pourparlers de paix et c’est Mydgar qui s’est proposée d’héberger les négociations, debout avec son orgueil dans l’amas de ruines qu’était devenu le continent. Lire la suite

Publicités

Anno 1900 Steampunk Convention au Fond-de-Gras

Esprits de Corps avait son stand et son wagon lectures à la Convention Anno 1900 le weekend du 29-30 septembre. L’ancien site industriel du Fond-de-Gras se prête à merveille à une ambiance steampunk avec ses trains à vapeur, ses mines et anciennes usines. Les livres en vente se sont même recouverts d’une fine couche de poussière de charbon crachée par les locomotives, une première !

Alors ce tome II ?

Chers amis,
Beaucoup d’entre vous m’ont fait part de leur impatience de découvrir la suite de l’histoire, comment nos héros vont sortir ou non du bourbier dans lequel ils ont mis les pieds, comment les mille intriques vont se dénouer ou faire chuter un personnage, une ville ou une nation.

Les cinq premiers chapitres de l’arc narratif de Ruben sont clos. Pour vous donner une petite idée de ce qu’il vit, voici une image qui, comme le dit l’adage, vaut mille mots :

hms-warrior-1860_2

A bientôt !

Crise diplomatique. Vous avez dit crise ?

Il ne faut pas de crise pour enfermer des dizaines de diplomates dans des pièces obscures à débattre à n’en plus finir, à envisager tous les scénarios imaginables, à tourner en rond, à tergiverser, à bouger des virgules pendant qu’ailleurs on bouge des frontières. Non, c’est tout simplement leur lot quotidien. Du moins pour les multilatéralistes, par opposition au bilatéralistes. Attention, nuance !

Alors que font tous ces distingués gens lorsqu’une crise pointe le bout de son nez ? Une vraie. Complexe à souhait, tendue comme une corde de violon, suscitant des enjeux considérables ! Convoquer des réunions, lire des instructions, négocier, ciseler des textes au millimètre et s’énerver sous le vernis des convenances ? Comme un air de déjà vu ?

Imaginez alors le Congrès des Nations ! Son organe suprême, le Conseil, siège solennellement. Une grande table ronde réunit les ambassadeurs des dix-neuf nations de la Fédération. L’ambiance est à couper au couteau. Les désaccords pleuvent, les rancœurs sont palpables. Les bonnes manières et le sang froid, Saint Graal de tout diplomate qui se respecte, sont mis à rude épreuve. Alors, routine d’une discussion ordinaire ? Ma foi, non ! Ces diplomates ont un sérieux problème sur les bras. Les plus excités sont encore plus excités que d’ordinaire et ressentent le besoin urgent de partager leurs réflexions aussitôt qu’elles n’éclosent dans leurs esprits en tumulte. Quel chahut dans cette auguste audience.

Mesdames, Messieurs, l’heure est grave. La guerre, oui la guerre, celle qu’on pensait bannie du contient après tous les torts commis. La guerre, elle couve comme les braises d’un feu mal éteint. Elle avance, masquée, perfide. Elle rôde aux confins orientales de la Fédération. Et peut-être ailleurs.

Le Congrès bouillonne. Il faut agir ! Envoyez donc la cavalerie à Napoca ! Mais fait-on la guerre pour se débarrasser de la guerre ? Et puis, à qui faire la guerre ? Le visage de l’ennemi n’est peut-être pas celui qu’on croit.

Esprits de Corps à la LuxCon 2018

Entre cosplayers hauts en couleurs, des artistes et auteurs talentueux, Esprits de Corps avait son petit stand à l’ambiance Steampunk au festival de l’imaginaire à Luxembourg. Une franche réussite en termes d’ambiance, de rencontres, de dédicaces et de ventes. Pour les Luxembourgeois qui ont manqué le festival, rendez-vous à la Convention Anno 1900 au Fonds-de-Gras le 29 et 30 septembre 2018 dans une ambiance toute en vapeur. Esprits de Corps y sera !

Collage 2018-04-30 09_08_33

 

Deux nouvelles critiques d’Esprits de Corps à découvrir

Deux blogs littéraires viennent de publier de nouvelles chroniques sur Esprits de Corps. A découvrir d’urgence ici :

Light & Smell

« Esprits de Corps est un roman à l’ambiance steampunk qui ravira tous les amateurs d’histoires complexes teintées de politique et de fantastique. Entre les nombreux coups bas et les trahisons, une paix fragile que le Congrès des Nations essaie à tout prix de maintenir, des menaces aussi réelles que fantastiques et des protagonistes avec leur part d’ombre, l’auteur vous offre un récit rythmé et plein de surprises. Cerise sur le gâteau, bien qu’ancrée dans le domaine de l’imaginaire, cette histoire ouvre la porte à de nombreuses réflexions d’ordre politique, économique, culturel, métaphysique… »

https://lightandsmell.wordpress.com/2018/04/14/esprits-de-corps-tome-1-napoca-tim-kesseler/

Capture d_écran 2018-04-16 à 12.18.37

 

Et tu lis encore Emma

« J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à lire ce roman qui est très riche et développé. L’histoire est prenante et captivante, de la politique, de la diplomatie, de la trahison, tous les ingrédients sont présents pour que le lecteur passe un très bon moment. L’histoire est bien menée et liée sans être indigeste, on comprend parfaitement les rôles de chacun, l’évolution du récit. J’avoue ne pas être une grande fan des romans où il est question de politique (au sens large) mais ici tout est vraiment bien expliqué : négociations, trahisons, alliances font de ce roman une sorte de grand échiquier où chacun tente de placer son pion. L’ajout de fantastique à cette histoire grâce à la religion est non seulement une très bonne idée mais est aussi très bien réalisé. J’ai vraiment apprécié cette part de l’histoire qui amène de la magie (attention pas de magie avec sorts et potions..) au récit. »

https://ettulisencoreemma.wordpress.com/2018/04/15/esprits-de-corps-i-napoca-par-tim-kesseler/

Capture d_écran 2018-04-16 à 12.19.10

Un roman qui fait voyager et qui voyage

Je voyageais et déménageais souvent, un certain manuscrit dans les bagages. Quoi de plus normal qu’Esprits de Corps fasse aujourd’hui le tour du monde et se lise déjà sur trois continents. Après Managua, New York, Athènes, Copenhague, Londres, Luxembourg, Bruxelles, Lisbonne, Paris, Quebec, Mexico, Lomé et le Mont Blanc où se trouve le prochain lecteur ? Suivez les lecteurs internationaux sur Facebook !
https://www.facebook.com/mymydgar/